« AMABEL une œuvre d'art »

Une comédie de Terry Johnson

Mise en scène :

Michael Batz

Dans Amabel, Terry Johnson a imaginé une rencontre entre deux figures phares de la révolution artistique de la fin du XIXe siècle:

Henri de Toulouse Lautrec et Edgar Degas.

Ce tour de force à quatre mains a la fois touchant et drôle explore les conflits personnels et artistiques souvent féroces et violents dans un duel d'escrime verbal mêlant sarcasmes, réparties, et humour noir.

Et qui est la mystérious Amabel ? …

Terry Johnson est un des plus célèbres dramaturges anglais,

souvent adapté au cinéma.

Avec

Degas

 

Toulouse Lautrec

La Saxophoniste

Traduction

Scénographie

Lumières

Conseillière artistique et technique

Costumes

Assistantes

Administration

Asil Rais / Jacques Boudet / Michael Batz

(en alternance)

Gerard Lefort

Sandrine

Séverine Magois

Isabelle Colchen

Romuald Lesné

Florence Plaçais

Marie-Pierre Arnaudy

Myriam Cherif et Juliette Léonard

Murielle Balourd


Yorick
Port : 06 16 53 00 84
email : yorickx@hotmail.com

Création Française

Yorick


 

Note d'intention et de mise en scène

Dans « Amabel », Terry Johnson imagine une rencontre entre deux grands artistes de la fin du 19ième siècle, Edgar Degas et Henri de Toulouse-Lautrec.
L'action de ce tour de force à quatre mains se déroule dans l'atelier de Degas.
Degas est devenu presque aveugle. De manière obsessionnelle et passionnée, il s'est remis à la sculpture quand il reçoit la visite de son ami Lautrec…

« Amabel » n'est pas simplement une pièce sur l'art, par les thèmes abordés, c'est une pièce très contemporaine.
A travers ces deux 'monstres sacrés', pionniers de l'art moderne et incarnant ce choc « du nouveau » qui a frappé le monde il y a plus qu'un siècle, Johnson soulève des questions très actuelles et brûlantes : Comment voir le monde ? Comment communiquer sa vision du monde ? Quel monde décide-t-on de regarder ? Qu'est-ce que la réalité ?

« Amabel » nous montre un conflit entre différents « ways of seeing » (« façons de voir ») comme le définit John Berger. Elle traite également de la difficile relation entre le monde et l'art qui reste d'une grande actualité et pose la question du rôle de la culture dans la société… Hier comme aujourd'hui, nous sommes sur le fil et cette question est très politique.

La pièce va plus loin: Est-ce que la vision de l'art comme portraitiste de la beauté ne s'oppose t-elle pas au rôle de l'art d'aujourd'hui comme portraitiste du monde réel, incluant le social, donc sous un aspect documentaire.
Quel est le futur de l'art ? Ou l'art futur ? A la fin, il ne s'agit plus des différentes manières d'« habiter le monde », de deux artistes, de deux générations, mais d'un geste qui les réunit, la transmission d'une vision oubliée, le sens d'une vie.

Derrière l'aveuglement s'ouvre le monde intérieur : L'âme. Amabel explore ces thèmes toujours avec une dialectique astucieuse : la comédie, l'humour noir so « British », mais aussi une grande sensibilité dans le portrait des ces hommes et de leurs approches de l'art si différentes. C'est aussi une méditation sur la vieillesse et les faiblesses des humains qui a la fin de leur vie ou par accident se voient diminués. Cette dimension la rend très émouvante.

Michael Batz s'attaque a la mise en scène de ce texte phare pour la deuxième fois. Amabel a une forte valeur symbolique pour lui.
Ce questionnement sans cesse réitéré entre l'artiste et la société est au coeur de son travail de mise-enscène et de son rapport au public et s'est enrichi au fil des ans.

Terry Johnson est l'un des dramaturges anglais des plus connu. Ses pièces sont souvent des comédies noires, telles Insignificance, Hystérie, Hitchcock Blonde, Dead Funny et elles ont connu une carrière internationale.

Hystérie a été mise en scène a Paris par John Malkovich ; l'adaptation pour le cinéma d'Insignificance , réalisée par Nicholas Roeg avec Theresa Russell a fait partie de la sélection officielle de Cannes.

Amabel est la première pièce de l'auteur.

Michael Batz - Parcours Artistique

Michael Batz

Après des études universitaires à Cologne et à Birmingham, ainsi qu'à la Royal Academy of Dramatic Art, Michael Batz a commencé sa carrière de metteur en scène au Old Vic de Bristol, avant de s'installer à Londres. C'est là qu'il fonde sa compagnie Yorick Internationalist Theatre, la seule troupe de théâtre internationale de Grande-Bretagne, formée d'artistes du monde entier, exilés ou réfugiés pour nombre d'entre eux. Avec Yorick, il a monté de nombreux spectacles provocateurs et stimulants, dont de nombreuses créations d'auteurs inédits en Grande-Bretagne.

Il a travaillé en contact étroit avec des auteurs comme George Tabori, Bernard-Marie Koltès, Heiner Müller, Gabriel Garcia Marquez, Isabel Allende et Dario Fo, mettant en scène de nombreuses créations de leurs œuvres, étant souvent le premier à apporter ces pièces sur la scène britannique. Tous ces auteurs sont devenus des amis proches, et certains comptent parmi les parrains de La Compagnie Yorick. Un des premiers grand succès de Michael Batz a été sa production au Festival d'Édimbourg de la dernière pièce de Federico Garcia Lorca, Comedia Sin Titulo, cinquante ans après l'assassinat de l'auteur (Prix du Festival). Par la suite, il a remporté d'autres succès dans ce festival avec ses productions des pièces de George Tabori, dont Mein Kampf-Farce. Michael Batz a également travaillé à Moscou et Haifa.

En 1998, Michael Batz et Isabel Allende adaptent en langue anglaise La Maison aux esprits. C'est, à ce jour, la plus importante création de Michael Batz, à Londres. Cette version scénique a constitué une remarquable production épique en deux parties, racontant, avec émotion, cette passionnante histoire.

Michael Batz et Isabel Allende

Michael Batz et Isabel Allende durant les répétitions de LA MAISON AUX ESPRITS

En 2002, Michael Batz commence de réaliser ses créations en France, avec sa compagnie. Il a dirigé des ateliers professionnels dans plusieurs centres dramatiques nationaux, dont un stage AFDAS au Théâtre Gérard Philipe de St Denis. Il a été conseiller artistique de Christian Schiaretti dans sa production de Mère Courage et d'Adel Hakim sur la Commedia dell'Arte pour Les Jumeaux Vénitiens de Goldoni au Théâtre d'Ivry.

Au printemps 2003, il réalise sa première création en France, La Femme Fantôme de Kay Adshead, à L'apostrophe-Scène nationale et au Théâtre Gérard Philipe-CDN de Saint-Denis. Ce spectacle a été repris au TGP pour un mois après avoir été présenté à la Fête de l'Humanité; elle a ensuite été jouée au Théâtre Vidy-Lausanne pendant un mois fin 2003 et au Festival Européen de Stuttgart en Allemagne. Cette pièce a fait l'objet de plus d'une centaine de représentations: Théâtre National de Toulouse, Théâtre de l'Union-CDN de Limoges, Scènes nationales de Guadeloupe, de Bar-le Duc, de Cergy-Pontoise…, tournée CCAS…, représentations spéciales jouées pour le quartier de la Goutte d'Or au Lavoir Moderne Parisien…, reprise au Théâtre Jean Vilar et a la Gare au Théâtre de Vitry.

Michael Batz et George TaboriGeorge Tabori avec Michael Batz et Bertold Brecht

À l'occasion du trentième anniversaire du coup d'État contre Salvador Allende, il crée Chanson pour le Chili, un collage de textes de Pablo Neruda et VictorJara au Théâtre de L'Épée de Bois à la Cartoucherie, le 11 septembre 2003, et à L'apostrophe-Scène nationale de Cergy Pontoise en 2004. Le spectacle tournera ensuite au Festival d'Avignon, au Théâtre de Nîmes, au Forum Culturel du Blanc-Mesnil…

Il a mis en scène Fragments d'Humanités, écrit par 10 auteurs (Aurélie Filippetti, Nathalie Fillion, Carole Frechette, Mohamed Kacimi, Susana Lastreto, Fabrice Melquiot, Eddy Pallaro, José Pliya, Jean-Pierre Simeon et Elsa Solal), une commande à l'occasion des 100 ans du journal L'Humanité, qui sera créée à la Fête de l'Humanité en 2004 et au Forum Culturel du Blanc-Mesnil, au Théâtre d'Auxerre, à la Scène nationale d'Albi et pendant deux semaines au Théâtre International de Langue Française à Paris, le futur Tarmac.

En mars 2005, Michael Batz adapte et met en scène Ardente Patience d'Antonio Skàrmeta, pour la Scène nationale de Cergy-Pontoise pour une première série de représentations, reprise la saison suivante pour une seconde série. Puis il dirige, en novembre 2005, la création en Belgique de La Femme Fantôme au Théâtre de Poche de Bruxelles, jouée pendant un mois et reprise pour un autre mois en janvier 2007. Cette version a beaucoup tournè en Belgique et a reçu le Prix du théâtre belge 2006.

Il crée Red Devils (Les Diables Rouges) de Debbie Horsfield au Théâtre des Carmes (Festival d'Avignon 2006) Le spectacle a été joué en tournée auThéâtre 95 de Cergy, à Saint-Denis, Sevran, Pierrefitte…, à Alizay (Normandie) ; au Grand Parquet à Paris, du 11 au 23 décembre 2007, au Théâtre municipal de Roanne (Loire), à Gauchy, et au Lavoir Moderne Parisien en juin 2008.

En novembre 2006, il met en scène Comédie sans titre de Federico Garcia Lorca à l'Académie Fratellini, à Saint-Denis. Le spectacle est repris au Théâtre 95 de Cergy, au Théâtre de Sevran, et pour deux semaines au Théâtre de Pierrefitte pendant la saison 2007-2008. Parallèlement, il a créé un spectacle cabaret No Pasarân-L'Espagne au Cœur, qui a été joué à Saint-Denis, Aubervilliers et à la Fête de l'Humanité.

Michael Batz et Dario FoDario Fo et Michael Batz en répetition
de Fabulazzo Osceno

À la fin de la saison 2007-2008, il crée une nouvelle pièce de Kay Adshead l'auteur de La Femme Fantôme, pièce spécialement écrite pour les jeunes adolescents, avec les lycéens de Saint-Denis.

Michael Batz a été le directeur artistique du Festival Salvador Allende qui s'est déroulé, à Paris et en Île de France, du 11 septembre au 11 décembre 2008, pour la célébration du centenaire de la naissance de Salvador Allende. Le festival, parrainé par Jean-Paul Huchon et Bertrand Delanoë, comprenait des expositions, débats, colloques, cinéma; et des concerts de musiciens chiliens renommés comme Angel Parra, Inti lIIimani, Quimantu… Sa mise en scène de Chanson pour le Chili a été reprise dans le cadre de ce festival et joué au Cabaret Sauvage, à l'Espace Jemmapes, au Théâtre Jean Vilar de Vitry, au Dansoir de Karine Saporta a la BNF, et devant 1 200 spectateurs aux Folies Bergère.

En 2009, il met en scène avec sa compagnie la pièce récente de Kay Adshead, Bones (Les Os) au Théâtre 95 - Scène conventionnée. Ensuite le spectacle a tourné partout en région parisienne. Il a été sélectionné pour le Festival Theatrale de Val d’Oise, et avec La Femme Fantôme, pour le début de la résidence de Yorick au Théâtre Jean Vilar de Vitry, et l'ouverture de la saison 2010-2011.

Au printemps 2011 Michael crée Working Girls (Voix des Femmes 1) hors les murs a Vitry, et ailleurs : trois textes de Kay Adshead, Juan Radrigan et Isabel Allende. En février 2013 ensuit la création de La Cage, pièce de la jeune écrivaine jamaïcaine Ava-Gail Gardiner, en Haïti (Jacmel et Port-au-Prince) et à l'Atrium – scène nationale de la Martinique, suivi d'une tournée aux Caraïbes (Scène nationale de la Guadeloupe…) & au Théâtre 95 Cergy, Auvers-sur-Oise, Fontenay-sous-Bois…

En 2012 et 2013, il recrée Ardente Patience d'Antonio Skarmeta, a Vitry et pour un mois a Paris, a la Cartoucherie, Théâtre de l'Epée de Bois, ou il a reçu l'attention favorable de la presse et des tutelles. Le spectacle sera repris bientôt. Après il a monté sa création d’AMABEL - une œuvre d'art de Terry Johnson, qui a vu sa première au Château d'Auvers-sur-Oise et au Théâtre 95. Sa toute dernière création est 28 Avril 1937, Guernica… de Susana Lastreto, à Saint-Denis & sur invitation personnel de la Maire à l'hôtel de Ville de Paris.

Bientot on peut voir FALSTAFF (Henry IV de Shakespeare, 1er et 2éme partie, adapté pour une seule soirée de théâtre), Bag Lady de Frank McGuiness; un grand projet Mexicain commençant avec un spectacle sur Frida Kahlo, suivi par la nouvelle piéce de Veronica Rodriguez, Les Filles de Juarez, et l'adaptation par Michael de Pedro Paramo de Juan Rulfo; la reprise de Red Devils en Juin 2018 pour le coupe du monde de Football ; et autres éléments ; sans oublier un regarde sur l'Inde, qui poursuit notre concerne avec la thématique desmigrations : la création française de la superbe trilogie de Jatinder Verma, Voyages vers l'Ouest; nous avons aussi commandés des textes des auteurs comme Carole Frechette, ainsi que Kay Adshead et Ava -Gail Gardiner…

Expert en Commedia dell'arte, Michael Batz a travaillé deux ans en Italie avec Feruccio Soleri, Amleto Satori et Dario Fo. Récemment il à dirigè une master-class de Commedia deIl'Arte pour deux semaines à la scène nationale de la Guadeloupe.Excellent connaisseur du théâtre élisabéthain, il l'a enseigné à l'Université de Londres et dans plusieurs écoles de théâtre en Angleterre.

Il a aussi enseigné la théorie lacanienne du cinéma à l'Université de Londres.

 


© 2008 - 2017 Yorick

création site Internet: netalapage


Yorick - Théâtre
Amabel - Pièce de Théâtre